Culture

Culture

Dans cet entretien, Alain Ferry, Prix Médicis, Seuil 2009 pour son roman-essai Mémoire d’un fou d’Emma, revient sur son premier écrit des origines El-Kous. Ethopée d’un pied-noir paru aux éditions du Seuil en 1978. Dans cet entretien, Alain Ferry, Prix Médicis, Seuil 2009 pour son roman-essai Mémoire d’un fou d’Emma, revient sur son premier écrit des origines El-Kous. Ethopée d’un pied-noir paru aux éditions du Seuil en 1978.L’Est Républicain :…
Le ministre de la Culture, Azeddine Mihoubi, a annoncé sa décision de ne plus inviter des artistes étrangers pour animer des concerts en Algérie, tout en affirmant que les établissements culturels et artistiques relevant de son département ne sont plus autorisés à inviter des artistes arabes ou d’autres pays étrangers à participer à des festivals, quand bien même ces festivités seraient sponsorisées par une tierce partie. Alors qu’il y a…
La manifestation «Le printemps des arts», une exposition réunissant les œuvres d’une centaine d’artistes peintres et sculpteurs de différentes régions du pays a été inaugurée avant-hier au Palais de la Culture à Alger. Cette grande exposition organisée par le ministère de la Culture comporte également des espaces réservés à une dizaine de galeries d’arts qui ont chacune sélectionné des artistes à présenter. La première édition du printemps des arts a…
Le très populaire comédien algérien Mohamed Djedid, plus connu sous le nom de “Houari, Boudaw”, est décédé hier à l’Etablissement hospitalier universitaire (EHU) 1er Novembre d’Oran à l’âge de 52 ans, ont annoncé plusieurs sources dont les chaînes Echourouk Tv et Ennahar Tv. Atteint d’une maladie incurable le comédien a été traité dans un hôpital en France, avant de revenir au pays pour mourir auprès des siens. Depuis quelques semaines…
L’Algérie pré-1954 a nourri nombre d’autobiographies romancées d’auteurs français qui se retournent sur leur enfance vécue « là-bas » où elle est restée depuis l’exode. Ces évocations, pour beaucoup, contrairement aux apparences, ne versent pas dans la nostalgie ni ne nourrissent une quelconque rancœur. Elles imprègnent les récits qui la peignent tantôt d’une volonté de clore une histoire familiale, tantôt d’un humour solaire pour affronter les solitudes de l’exil et…
Polyphonique, le roman « Les Imaginations du sable » se décline en trois tableaux d’écritures qui s’y alternent dans un mouvement poétique qui les harmonise. Tandis que s’approche l’échéance des premières élections libres multiraciales et démocratiques, celles du 27 avril 1994 remportées par l’A.N.C. de Nelson Mandela qui de vint le premier président noir, un événement bouleverse un district proche de la ville du Cap : la Maison aux Oiseaux…
Les imaginations du sable est l’une des œuvres maîtresses d’André Brink ; il y fait se dérouler la mémoire d’une longue et mystérieuse lignée de femmes dans l’histoire réelle et légendaire de l’Afrique du sud ; des femmes d’Eau, de Frontières, de Terres sans cesse conquises et reconquises,blanches, métisses, noires, des grandes migrations celle, notamment du Grand Trek (Grote Trek en néerlandais) lors de laquelle plusieurs milliers de fermiers Boers,…
Ces ferrailleurs, tous des « ex », Abel le légionnaire d’Indochine et d’Algérie, Tony le champion de boxe poids plume, Robert le braqueur pied-noir de la banque d’Oran, La Ferraille avec son camion chapardeur de rouleaux de cuivre et les autres petits malfrats des caniveaux de Nanterre, attendent dans le bistrot miteux de la mère Saïdani que Lili, la plus aguichante des filles, revienne avec une adresse d’une grosse banque…
Les personnages, épaves de l’Histoire, incarnent cette époque du début des années 1960 à Paris et ses banlieues, avec froideur et violence mêlées entre le grand banditisme, gangsters, braqueurs de banques et les amateurs, petits voleurs, des ferrailleurs de la Plaine Saint-Denis, organisant des expéditions nocturnes, à bord d’un camion déglingué, à la recherche de rouleaux de cuivre dans les usines désaffectées pouvant rapporter ne serait-ce qu’un maigre pécule qui…
C’est une première dans les annales de l’UGTA à Constantine. La ville du vieux rocher a abrité, hier, deux congrès de wilaya, un sous la houlette de Sidi Saïd et un autre tenu sans le consentement de la centrale syndicale. Une situation inédite qui explique les divergences ayant marquées ces deux dernières années, la maison du syndicat « Abdelhak Benhamouda ». Exclus du congrès supervisé par le S.G de l’UGTA,…
…Engagé volontaire aux côtés des Alliés en 1942, Manuel Cortès, tel que peint par son fils, son narrateur, ne semble pas prendre la mesure de l’horreur nazie qu’il gomme au profit du côté « cours » ou de « l’arrière-cours » des libérateurs. A la sauvagerie des tabors, unités marocaines dans lesquelles il a été affecté comme « médecin-auxiliaire », s’opposent ou semble s’opposer les termes gratifiant de « dignitaires…

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85