Culture

Culture

Jouer du Malouf annabi sur fond de musique Hard Rock et inversement est possible. Marier ce genre musical cher à des générations éprises de qassayed aux sonorités furieuses du Oud électrique d’un musicien de la trempe de Mehdi Haddab, l’est aussi. La preuve en est donnée pour celui qui a pu écouter et savourer le récent opus de 4 morceaux réalisé par Hamdi Benani et Mehdi de Speed Caravan. Dès…
Les Journées du court-métrage d’Annaba suscitent un réel engouement auprès des jeunes depuis leur ouverture avant-hier au palais des arts et de la culture Mohamed Boudiaf. Organisé dans une période de léthargie culturelle qui marque tristement la ville de Bouna, cet événement qui est à son 13 édition est venu revigorer le public en général et les cinéphiles en particulier en manque d’animation, de détente et de loisirs en l’absence…
Le 24e Salon international du livre à Alger (SILA), prévu du 30 octobre au 9 novembre, a choisi de mettre à l’honneur les jeunes auteurs et les lauréats des prix littéraires algériens et étrangers, avec une programmation réduite de rencontres. Selon le programme, quelque 1030 maisons d’édition dont près de 300 algériennes exposant près de 183 000 titres, sont attendues au Palais des expositions des Pins-maritimes à Alger (Safex). Cette…
Décédé le mardi 16 avril dernier, Aziz Chouaki, dramaturge, romancier, nouvelliste et poète, mais aussi musicien et rockeur, ce fils et petit-fils d’instituteurs a renouvelé l’écriture de la littéraire algérienne en imprégnant celle-ci par l’oralité afro-arabo-berbère dont il revendique l’irrigation et la langue française brutale et corrosive du rap. Né en 1951, à Tizi Rached ( 20 km au sud est de Tizi-Ouzou), écrivain, nouvelliste, et musicien de jazz, Aziz…
Dans Les terrasses d’Orsol, Mohammed Dib s’interroge, d’un point de vue esthétique, dans le corps du texte, sur la manière de dire l’Horreur, par le dévoilement progressif, mystère savamment entretenu par le narrateur, Waed, sur l’existence de la fosse de l’abomination, une crevasse de l’immonde, sur le rivage océanique de la ville de Jarbher dont il est devenu le seul témoin et l’unique testamentaire au regard de l’Histoire tandis que…
Les figures féminines majoritaires du recueil de nouvelles Un ciel trop bleu de Rachida Titah (Ed. de l’Aube, 1998) vivent l’enfer du terrorisme sur les lieux de leur intimité. Cœur palpitant d’une petite fille qui, dans Un Ciel trop bleu, nouvelle d’ouverture qui donne son titre au recueil, est enivrée par le bleu intense d’une portion du ciel et de mer qu’elle ne cesse, des heures durant, d’admirer de sa…
La littérature algérienne d’énonciation féminine de ces vingt dernières années ( 1999 – 2019) semble privilégier le genre de la nouvelle esthétiquement plus apte à « l’urgence » de cette période de violences sociales et politiques, marquée par la décennie noire dont la femme algérienne a été et est doublement victime : régression de ses acquis des droits et des libertés collectifs et individuels tels qu’ arrachés et pour certains…
Dans son essai Les miroirs de Janus – Littératures orales et écritures postcoloniales – Maghreb-Caraïbes – ( Ed. OPU, 2002), l’essayiste universitaire Mourad Yelles lui consacre un article sous le titre Présence de Rabah Bélamri : le gouâl et la machine à écrire. Il y évoque deux images contrastées de Rabah Bélamri. La première, impressive, émotive, fortement poétisée, très visuelle, remplie de clartés ambiantes ; la seconde, qui explique et…
lll Chroniques dibiennes avec Si Diable veut ( Ed. Albin Michel, 1998 ; Réed. Dahleb, Alger, 2009) Mohammed Dib, dans Si Diable veut a choisi le mode allégorique pour dénoncer, dans le contexte d’écriture de ce roman, les politiques d’abord d’atermoiement puis de louvoiement et de main tendue, enfin du processus évolutif de «grâce amnistiante» en faveur des terroristes islamistes de l’AI.S ( Armée Islamique du Salut), branche armée du…
Chroniques dibiennes avec Si Diable veut ( Ed. Albin Michel, 1998 ; Réed. Dahleb, Alger, 2009) (…) Hadj Merzoug, en évoquant dans son interminable et effroyable soliloque cette légende de La Grande Destruction, se prend à semer le doute entre « nos chiens », ceux que les hommes ont élevés à Tadart, domestiques, qui tiennent donc de l’humain et « ceux-là », les chiens de la meute, dont l’ancien de…
lll Chroniques dibiennes avec Si Diable veut ( Ed. Albin Michel, 1998 ; Réed. Dahleb, Alger, 2009) Après sa trilogie du cycle nordique, Les terrasses d’ Orsol, Le sommeil d’Eve et Neiges de marbre, romans de l’exil septentrional, de couples mixtes, homme du Sud et femme du Nord, confrontés aux différences de cultures, de langues, de territoires et d’amours inter-ethniques, dans lesquels ils s’éloignent, ne sont plus que faibles échos…

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85