Symphonies à plusieurs voix à Alger

Concert dédié à la chanson algérienne

06 Juil 2017
92 fois

Un concert de musique symphonique dédié aux chants patriotiques et à la chanson algérienne, a été animé mardi passé à Alger par plusieurs ensembles dirigés par le maestro Amine Kouider, en célébration du 55ème anniversaire de la fête nationale de l'Indépendance et de la jeunesse. Le public, relativement nombreux, accueilli à l'Opéra d'Alger Boualem-Bessaïh par la projection sur grand écran de l'image de l'emblème national et du portrait du Président de la République Abdelaziz Bouteflika, a pu apprécier deux heures durant, un florilège de pièces brillamment étalées dans un programme prolifique de circonstance, par pas moins de sept ensembles. La Fanfare et le Groupe de cornemuse "El Mezwed" de la Garde républicaine, premiers à se produire, ont respectivement entonné l'Hymne national algérien dans des atmosphères solennelles, et une dizaine de pièces du riche patrimoine algérien dans ses variantes kabyle, chaoui, sahraoui, naïli, aâssimi et bédoui, entre autres. Le comédien Hassen Kechache, accompagné au piano par Amine Kouider, a ensuite déclamé des extraits de "Ilyadet el Djazaïr" du poète de la révolution, Moufdi Zakaria. Très applaudi par le public, l'Orchestre symphonique des jeunes de l'Opéra d'Alger, une relève prometteuse en formation, a exécuté le 1er mouvement de la symphonie N° 5 de Ludwig Van Beethoven (1770-1827), Concierto pour deux violons de Jean Sébastien Bach (1685-1750), rendus par Nazim et Anis Aït Yahia et la Valse de Dimitri Schostakovitch (1906-1975). L'Association "Chems", dirigée par Djamel Merahi, qui œuvre par la thérapie de l'art à la réinsertion sociale des personnes en situation de handicap, était également présente avec sa chorale en devenir qui a séduit l'assistance à travers un bouquet de chants évoquant la beauté de l'Algérie et la fierté d'appartenir à la Nation algérienne, "Djawhara", "Bladi hiya El Djazaïr", "Men Ghirek ya Dzayer", "Ya Mohamed mabrouk aâlik" et "Farha ou Zahwa", notamment. Résultat des travaux de recherche entrepris par l'Orchestre de l'Opéra d'Alger, "Danse Bacchanale" de Camille Saint Saens (1835-1921), exécutée au mandole, au qanun, au banjo et au violon par Zohir Mazari, Hassen Belkacem Benalioua et les frères Aït Yahia, dans une version traditionnelle qui a intelligemment établi un bel échange entre les cultures. L'Orchestre symphonique de l'Opéra d'Alger et quarante de ses voix, en fusion avec autant de choristes de la Garde républicaine sont intervenus à l'issue du spectacle, entonnant quelques "Anachid", un enchaînement des pièces "Ya Rayeh", "Taouès", "Gommari" et "Ya Zina", présentées sous le titre "Rihla" et une adaptation de "Carmina Burana" de Carl Orff (1895-1982) sur des textes chantant l'amour et le patriotisme algériens. Il a été remarqué la présence des ministres de la Culture Azeddine Mihoubi et de l'Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Bedoui et du Wali d'Alger, Abdelkader Zoukh, Amine Kouider, dans un élan de souplesse et d'autorité a dirigé d'une main de maître l'ensemble des formations, donnant du plaisir à une assistance enthousiasmée venue célébrer l'Algérie. Auparavant, le ministre de la Culture a salué dans son allocution d'ouverture de cette soirée de célébration, l'Orchestre symphonique de l'Opéra d'Alger et sa "jeunesse émergente" qui œuvrent à "promouvoir la musique algérienne" et l'Association "Chems" pour "tous ses efforts" à l'endroit des personnes en situation de handicap. L'Orchestre de l'Opéra d'Alger, émanant de l'Orchestre symphonique national, a été lancé en 1997 sous la direction du regretté maestro Abdelwahab Salim, disparu le 26 novembre 1999. Il œuvre entre autre, à la promotion de la musique symphonique et de la musique algérienne en multipliant les tournées régionales depuis sa création en 1992. Programmé par l'Opéra d'Alger sous l'égide du ministère de la Culture, le concert de musique symphonique célébrant le 55ème anniversaire de la fête nationale de l'Indépendance et de la jeunesse a été reconduit hier aux mêmes horaires et à la même salle. 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85