Cinéma Algérien

Un art et une arme au service de la Révolution

31 Juil 2017
51 fois

Le cinéma algérien a été un art et une arme utilisés pour refléter l’image d’une Algérie en guerre durant la lutte de libération nationale, a indiqué avant-hier à Oran l’universitaire et spécialiste dans l’histoire du 7ème art algérien, Mourad Ouznadji, lors de sa conférence sur le thème «Cinéma et Mémoire», organisée dans le cadre du Festival international d’Oran du film arabe (FIOFA). Le cinéma algérien, a-t-il souligné, a réussi à refléter les conditions dans lesquelles le peuple algérien menait sa lutte contre l’occupant français et sa détermination à recouvrer sa souveraineté et indépendance nationales. Ces images, a expliqué le conférencier, ont également servi à faire connaître la cause algérienne à l’échelle internationale. «Les chefs de la Révolution avaient pris conscience de l’importance du cinéma comme arme pour servir la cause nationale», a indiqué Mourad Ouznadji, ajoutant que ces dirigeants ont contacté, en 1955, le cinéaste Djamel Chandarli pour le charger de la mission de faire connaître la cause nationale à l’étranger. Par la suite, la venue au front des combats, de photographes, journalistes et cinéastes à l’image de René Vautier, Pierre Chaulet, du yougoslave Stevan Laabudovic ou de Pierre Clément ont énormément contribué à l’internationalisation de la cause algérienne et du soutien à cette dernière exprimé par l’opinion internationale. Concernant l’écriture de l’histoire du cinéma algérien, l’intervenant a insisté sur le renforcement de la collaboration entre les scénaristes et les historiens pour écrire des textes puisant leurs essences dans la vérité historique. Par ailleurs, le conférencier a salué les travaux cinématographiques dédiés à la vie de certaines personnalités ayant marqué l’histoire, à l’image des films consacrés à la vie des chahid Mustapha Ben Boulaïd, Larbi Ben M’hidi, le colonel Lotfi ou encore le penseur et réformiste algérien Abdelhamid Benbadis. Mourad Ouznadji a insisté sur la nécessité de produire encore plus de films consacrés aux sujets historiques abordés par des professionnels algériens. Il a rappelé qu’en France, des dizaines de films sont réalisés chaque année pour donner une vision tronquée et orientée de la période coloniale et du combat libérateur des Algériens. Le débat qui a suivi cette intervention a tourné autour de l’écriture cinématographique et l’histoire, ainsi que de la relation devant exister entre les cinéastes et les historiens arabes.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85