Chelghoum-Laïd

Un chemin intercommunal impraticable

12 Sep 2017
66 fois

Il est emprunté par des centaines de véhicules par jour. Le chemin intercommunal menant du chef-lieu communal de Chelghoum-Laïd vers la commune voisine de Téléghma, au sud de Mila, via  plusieurs agglomérations  est dans un piteux état. Le chemin communal   est dans un état de délabrement avancé .Sa dégradation est due, selon les usagers qui l’empruntent quotidiennement, à  l’absence de caniveaux  et de systèmes de drainage à même de canaliser les eaux pluviales. Le tronçon le plus touché est celui reliant le chef- lieu de la  commune à Tikouya  sur une distance de 5 km. En effet, ce tronçon vital connait, en plus de  son étroitesse, une dégradation avancée à la faveur d’innombrables nids de poules et crevasses  qui ‘’garnissent’’ cette route  devenue à hauts risques aussi bien pour les usagers que pour les habitants  de la région. Une route totalement détériorée  de bout en bout qui devient, de ce fait, quasiment impraticable, notamment  en hiver .«Je suis parfois obligé de faire un long détour par M’chira  pour rejoindre  Téléghma  et éviter de faire passer mon véhicule par ce chemin détérioré», avouera un habitant du quartier d’Ouled Smael. En plus de cette détérioration par les eaux pluviales et les affaissements de gabions récemment réalisés, l’incivisme a également sa part de responsabilité. Des amas de matériaux de construction jonchent les accotements et réduisent considérablement la route en plus des crevasses engendrées par l’aménagement, par les riverains, de chemins menant à leurs domiciles respectifs . Il semblerait, selon une source crédible, que si rien n’est fait pour réhabiliter cette route, les automobilistes  finiront, à coup sûr, de  ne plus emprunter cette ligne. Le réseau routier dans cette daïra, et plus particulièrement dans les deux communes  précitées, est laissé à l’abandon. Son dernier revêtement remonte à l’année 2008. Mais là, durant la période de sa réhabilitation, ce chemin n’a pas été revêtu convenablement. La largeur bitumée est dérisoire. Elle est de 4 mètres et quelques dizaines de centimètres seulement ! Résultat : Le croisement des véhicules ne s’effectue pas sans danger de friction ou de collision, tellement il est étroit. Ce qui oblige beaucoup de conducteurs à ‘’sortir’’ sur les accotements pour éviter le pire. Toutefois, au fil du temps, ce chemin s’est dégradé pour prendre l’actuelle forme. En effet, il est plein de crevasses et pire encore, il est décapé par endroit. Ce qui rend la circulation automobile très difficile et laborieuse. La pluie diluvienne qui s’est abattue, ces derniers jours, complique davantage les choses sur ce tronçon qui baigne carrément dans l’eau et la boue. Les conducteurs trouvent toutes les peines du monde à emprunter ce chemin. De ce fait, les usagers souhaitent sa réhabilitation  avant la saison hivernale.

Berkane S.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85