SOUK AHRAS

Le chahid Djebbar Tayeb revisité

11 Oct 2017
91 fois

Le bureau local de l’ONM ( organisation nationale des moudjahidine ) de la wilaya de Souk-Ahras a célébré hier mardi dans une ambiance de réminiscence et de recueillement la bataille dite Boukhandef qui s’est déroulée le 10 octobre 1958 entre les combattants de l’ALN (armée de libération nationale) et les troupes de l’armée coloniale dans la localité dont elle porte le nom et où sont tombés au champ d’honneur plus de cinquante djounoud parmi lesquels le chahid Djebbar Tayeb, le valeureux chef révolutionnaire de la région de Souk-Ahras dont le courage et la bravoure lui ont valu jusqu’à la reconnaissance de l’ennemi. Tenue au siège du musée d’El Moudjahid, une conférence animée par l’universitaire Ferkous Salah lui a été consacrée où il a été question des hauts faits de guerre et les prises de position téméraires prêtés au chahid. « Nous commémorons aujourd’hui le 59ème anniversaire de la mort du chahid Djebbar Tayeb, ce moudjahid de la première heure qui a consenti au sacrifice suprême pour la cause nationale, mis au service de la révolution de 54 tous ses biens autant que son âme pour que nous jouissons aujourd’hui de la bénédiction, du bonheur de l’indépendance. Selon ceux qui l’ont côtoyé dans le maquis, cet homme était doté d’une grande intelligence doublée d’un flair à toute épreuve. En plus, sa modestie n’avait d’égale que son intrépidité. Il était présent aux premiers rangs dans toutes les batailles de la région Il a renoncé à tout dans la vie ici bas pour son idéal révolutionnaire. Sa seule raison de vivre était guidée par sa profonde détermination à contribuer à la libération du pays du joug colonial. Il est toutefois immensément regrettable qu’il n’ait pas eu de sépulture comme tous ses compagnons de lutte. Personne ne sait où exactement il a été inhumé mais il n’empêche qu’il l’est dans nos coeurs...»,dira de lui le conférencier sans omettre de rappeler à la nombreuse assistance présente dans la salle le souvenir très émouvant de sa mère décédée une année après lui de trop de chagrins qui a confié à ses proches ces paroles très pathétiques : « n’oubliez surtout pas de venir jusqu’à ma tombe m’annoncer la nouvelle quand l’Algérie aura acquis son indépendance «. Un souhait qui a été effectivement exaucé par son fils Allaoua un 5 juillet 1962, confirmera le conférencier.. 

Hamid Fraga

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85