Mila

La problématique du stationnement urbain

13 Mar 2018
141 fois

En attendant la mise en service du parking à étages implanté au centre-ville, le stationnement des véhicules devient, au fil des jours, de plus en plus problématique et se pose avec acuité à Mila, au centre-ville notamment . En effet, garer son véhicule  à Mila est devenu  un vrai  casse-tête.  Tôt le matin, les rues et avenues de la ville   sont déjà envahies ne laissant aucun espace de stationnement pour les’’ retardataires’’. Des automobilistes « pisten t» des places, et cherchent absolument un espace pour garer  sa voiture  dans les parages  quitte, parfois, à gêner la circulation routière ,déjà saturée dès les premières heures de la journée. Le chef- lieu de wilaya, doté d’artères droites et de ruelles étroites, bordées de trottoirs, ne s’attendait certainement pas à  ce boom démographique  et ce flux  incessant  de véhicules  à longueur de journée. Ali, un quinquagénaire se dit stupéfié par la tournure des événements : « Le problème de stationnement ne se posait pas. Aujourd’hui, on voit autant de véhicules que de piétons ». En effet, le marché de l’automobile a connu une ascension fulgurante   ces dernières années, à l’origine de cette problématique  qui prend, au fil du temps de l’ampleur .Les fonctionnaires doivent se lever très tôt pour pouvoir prétendre à une place de stationnement.. Certains parkings de cités sont squattés au détriment des vrais bénéficiaires. L’indiscipline aidant, certains automobilistes n’hésitent pas à stationner devant des garages de particuliers, ignorant royalement la mention d’interdiction placardée sur les murs de ces habitations et l’amende de 2 000 à 4 000 DA prévue pour cette infraction. Des commerçants poussent l’audace jusqu’à entreposer toutes sortes d’objets comme des cageots, des chaises et même des poutres sur la chaussée pour permettre aux camionnettes des livreurs de stationner et pouvoir leur livrer leurs marchandises. La police ne cesse de verbaliser et poser des sabots mais en vain. Le problème reste entier. Un début de solution semble se dessiner avec l’édification d’un parking à cinq étages entièrement métallique implanté au centre-ville  en voie d’achèvement  . Le chef-lieu, siège de toutes les administrations se trouve, de ce fait, pris d’assaut chaque matin par des automobilistes. « J’habite au centre-ville. Depuis que j’ai acheté ma voiture, et n’ayant pas de garage je la gare devant ma maison. À supposer qu’un parking existe dans les parages, je suis prêt à payer mensuellement pour une place de stationnement», dira Abdelkader, enseignant de son état. « Vous savez, nous voyons tous les jours des immeubles pousser comme des champignons. Et pourquoi les promoteurs ne pensent-ils pas à créer des parkings souterrains sous l’assiette de l’immeuble en projet ?» se demande un autre habitant. En effet, d’une pierre deux coups, tout le monde y trouvera son compte. Le propriétaire fera recette des usagers du parking souterrain, ces derniers trouveront une place pour leurs véhicules pour désengorger une ville asphyxiée.

Berkane S.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85