Ramdane djamel

Le maire jette l’éponge

11 Mai 2019
116 fois

En proie a des problèmes de santé qui ne pouvaient lui permettre d’aller jusqu’au bout des affaires relevant de la gestion communale, le président de L’APC de DJENDEL, a jugé sage de démissionner de son poste d’élu en exigeant de la tutelle une décision finale mettant un terme à ses fonctions de maire. Dans le même temps, c’est le maire de Ramdane Djamel de jeter l’éponge. Celui ci a fait tout simplement un choix cornélien en décidant d’abandonner sa mission communale, non pas pour des raisons de santé comme l’avait fait son collègue de DJENDEL mais pour des contraintes ne permettant pas de mener à bien son mandat. Un mode de gestion mal vu par des élus contestataires, une démarche sur le quotidien des citoyens pas vraiment partagé par les élus du RND, ou encore à la suite de «dysfonctionnements« graves dûment constatés par la Daira, le président d’obédience FLN manifestement respecté par la population a tout fait pour remettre les choses dans le bon sens mais c’était sans compter sur un «clanisme» révoltant qui a pris le dessus. Au départ, l’enceinte de l‘APC ressemblait à la gidouille  du père UBU. Elle s’activait dans le grand calme et beaucoup de dilettantisme. Émoustillés par les promesses du maire, en l’occurrence El Hadj FELLOUS  les citoyens savaient qu’ils pouvaient compter sur la nouvelle équipe communale pour diriger et aplanir les problèmes en suspens laissés par la précédente APC. La scène municipale est, certes, fortement animée mais agitée par l’insistance des citoyens en butte a des problèmes de logement, d’emploi, de cadre de vie etc. Dans les agoras publiques du village, cafés maures, hammam et tutti quanti, qui s’organisent à l’occasion chacun y va de son propre commentaire pour débattre de la question des logements qui ont mis à mal l’ex chef de Daira ayant maille a partir avec le maire démissionnaire qui a ouvertement pris une option favorable  avec  ceux qui se disaient mis sur orbite de la «hogra» par l’inclusion de la liste des bénéficiaires. De quoi faire fléchir la décision unilatérale de la tutelle ne savant plus sur quel pied danser. Le maire qui était décidé d’aller jusqu’au bout de sa feuille de route n’avait pas les coudées franches venant de l’intérieur. Les horizons restent chargés d’incertitudes mais rament dans le courant des desiderata de la vox populi. Un triste moment pour la commune de ce gros village qui n’a pas pu surmonter la crise qui le secoue de bout en bout. Si la feuille de route est jugée obsolète par les ennemis du maire, pour les citoyens elle répondait naturellement à ses attentes et à ses aspirations tant la confiance était grandement investie en lui. Cet ancien pédagogue et éducateur de renom a bien des aspects avec le bon Roi DAGOBERT. La situation de blocage ne pouvait perdurer longtemps. Sans franchir son champ d’action et sans autre prétention d’agir dans son cadre limité, El Hadj Fellous s’est, d’une façon insolite, mis lui même hors jeu avant de démissionner de son poste de maire.

R. Oudjani

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85