Skikda

L’hôpital des grands brûlés peine à se concrétiser

24 Fév 2020
247 fois

L’on ne doute pas de la sincérité de l’engagement de l’établissement hospitalier spécialisé pour grands brûlés d‘Alger qui prend en charge quelque 2.000 enfants victimes de grandes brûlures annuellement. C’est ce qui a été indiqué récemment lors d’un séminaire de formation du programme continu à l’intention des médecins, urgentistes et le corps médical que ne cesse d’organiser assidûment la DSP qui met un point d’honneur à aller dans l’intérêt des professionnels de la santé, et, de facto, le malade. L’on apprendra que cet établissement algérois reste l’unique du genre à l’échelle nationale prenant ainsi en charge l’affluence des grands brûlés de plusieurs wilayas du pays. Pourtant en 2015, les pouvoirs publics  mais aussi le sénat à l’époque avaient fait état officiellement du lancement du projet à Skikda. Un hôpital de 120 lits qui sera érigé sur le terrain d’assiette de Bouzaaroura. Un hôpital spécialisé dans les greffes de la peau, la chirurgie plastique, susceptibles de prendre réellement en charge les grands brûlés. A coups d’effets spéciaux, il prendra surtout en charge la menace qui pèse sur les travailleurs de la plateforme des hydrocarbures potentiellement exposés au danger des usines et de probables explosions qui s’enregistrent ici et là. La raffinerie, le terminal marin, le centre de remplissage de GPL etc. Sans oublier de rappeler le plus meurtrier d’entre tous, provoqué par l’explosion des unités 10/20/40 du méga –train du GNL survenu un certain 21 janvier 2004, avec un total de 27 victimes et plus de 70 blessés, des brûlés pour la plupart. Une année auparavant, celle qui a précédé l’accident des trois unités de production, les recettes d’exportation avaient atteint les 24 milliards de dollars. Ce qui, pour la petite histoire, vont permettre au pays d’engranger de grosses réserves de change équivalentes au …montant de la dette extérieure. Une manne providentielle provenant de la vente gazière aux pays de l’union européenne, soit 60 milliards de m3 annuellement en gaz dont 26,9 milliards de m3 de GNL à partir de Skikda. Tout cela pour dire que l’hôpital des grands brûlés est impératif quoiqu’il en coûte. Dans l’opinion publique, il voit son honneur croitre tout comme son crédit à partir du moment qu’il va être réalisé dans la cité des torchères. Pourquoi dès lors, cette perturbation aigue et critique due à un retard dont les travaux cumulent plus de trois ans de tâtonnement ? Un retard qui sanctionne l’ex-administration de la santé publique qui aura prévu un délai de livraison 380 jours . L’entreprise privée chargée des gros œuvres, des corps d’état secondaires et tout ce qui touche aux fluides médicaux, voire d’autres VRD et tout le bataclan du projet, cumulent trois ODS d’arrêt inexpliqués. Le wali de l’époque intervient pour expliquer que les points d’achoppement des retards étaient dûs à des problèmes de financement, voire d’autres avenants d’autant que le programme initial était fixé à 1 milliard de dinars alors qu’aujourd’hui il dépasse tout entendement. Les malfaçons, l’anomalie de certaines formes de constructions spécifiques à ce type d’établissement, de mauvaises projections, vont, du coup, être rectifiés . Les choses étant ce qu’elles sont, le projet est sur sa lancée. Il a atteint plus de 60% de sa réalisation. Il sera avec celui d’Alger, Oran, le 3ème plus important établissement du pays. 

R. Oudjani

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85