Souk-Ahras : HYGIENE PUBLIQUE

L’absence de vespasiennes incommode les citoyens

07 Avr 2021
362 fois

Une mégapole comme Souk-Ahras qui abrite au bas mot 170 000 âmes sans que celle-ci ne dispose de sanitaires publiques, est tout simplement impensable, raison de plus quand on sait qu’elle reçoit quotidiennement des centaines, pour ne pas dire des milliers de travailleurs et de visiteurs issus des wilayas et des localités voisines. C’est pourtant un problème qui persiste depuis de longues années malgré les nombreux appels lancés dans ce sens par différentes sources. Seules les stations de bus et de taxis en sont dotées qui sont gérées en plus par des privés. Le plus déplorable est que les gérants des cafés et des restaurants, voire certains cabinets médicaux ou dentaires ou tout autre service public dont l’obligation leur est statutairement faite de mettre à la disposition du public des toilettes, celles-ci sont le plus souvent fermées aux clients sous le fallacieux prétexte du manque d’eau. Pour ceux ou celles qui se trouvent par hasard au niveau du centre- ville quand ils ou elles ont envie de satisfaire un besoin pressant, celui d’uriner ou d’aller aux selles, il leur faut donc prendre leur mal en patience surtout s’agissant de la gent féminine dans l’éventualité de trouver un citoyen compréhensible pour leur offrir son service domestique, encore faut-il qu’il ne soit pas très loin de son lieu de résidence. Pour les diabétiques, comme on peut l’imaginer, c’est un véritable calvaire ! Un jour, nous avions été interpellés par deux retraités militaires d’un âge relativement avancé atteints de cette maladie chronique lesquels, en visite dans cette ville, ont visiblement été confrontés à cet insupportable problème, ceux-ci étaient très remontés contre les autorités municipales locales parce qu’ils avaient été contraints de faire un effort immense pour se débarrasser de leur besoin. « Les élus de cette commune sont-ils réellement conscients de leurs charges ? Sinon comment un problème aussi futile continue-t-il indéfiniment d’exister ? A plus forte raison de transit touristique, cette ville ne devrait absolument pas manquer de ces équipements plus qu’indispensables pour ses visiteurs et même pour ses propres résidents… », nous ont-ils déclaré. Nous nous rappelons pourtant qu’à une certaine époque, la commune avait acquis, si nos souvenirs sont bons, pas moins de six cabines sanitaires de fabrication allemande qui devaient être installées dans les endroits jugés névralgiques en la matière, mais de charybde en scylla, celles-ci n’ont vraisemblablement guère quitté à ce jour le parc communal subissant d’année en année une dégradation de plus en plus évidente. Avec ce type de tares inadmissibles, certains milieux osent, toute honte bue, prétendre développer le tourisme. C’est franchement aberrant !

Hamid Fraga

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85