Chlef

L’artisanat otage de la commercialisation

04 Jan 2018
87 fois

Le problème de commercialisation et de promotion des produits des artisans de la wilaya de Chlef constitue actuellement une entrave majeure à l’activité artisanale dans toute la région, ont déploré nombre d’artisans rencontrés  en marge de la foire artisanale, abritée du 23 au 28 du mois courant par le restaurant universitaire du centre ville de Chlef. Des artisans, qui ont exprimé le vœu d’être partie prenante dans la promotion du secteur touristique en tant qu’alternative économique génératrice de richesses, se sont dits limités dans leur action en raison du déficit criard en matière de locaux permanents et d’ateliers qui constituent, pour eux, «une entrave» à la poursuite et au développement de divers métiers artisanaux réputés dans la région. La présidente de l’association culturelle Ahlam du patrimoine local, Kheira Barbari, va dans le même sens assurant que de nombreux artisans, membres de son association, ont décidé de changer d’activité, «faute de promotion et de commercialisation de leurs produits». Lui emboitant le pas, Ibtissam, une artisane présente sur place spécialisée dans la confection de gâteaux traditionnels, a affirmé avoir «renoncé» à sa carte d’artisan, vu l’absence de moyens lui permettant de régler ses cotisations annuelles, à cause de la faiblesse de ses revenus. Pour cette artisane activant dans la confection de gâteaux traditionnels depuis quatre (4) années, «l’absence de marchés et de locaux commerciaux propres aux artisans constitue un véritable problème», à cela s’ajoute «l’absence, chez les artisans, d’une culture permettant la promotion de leurs réalisations et produits, à l’opposé de ce qui a cours dans d’autres wilayas du pays», a-t-elle estimé. «Les facteurs publicité et marketing contraignent énormément la vente de nos produits», a admis, pour sa part, Mohamed Neguaz, artisan potier et céramiste de son état, qui a exprimé son souhait pour la création d’une salle d’exposition propre aux artisans et susceptible de les aider à la relance et à l’extension de leurs activités, a-t-il ajouté, appelant, à une coordination entre la commune et les dispositifs de soutien à l’emploi en vue d’aplanir les contraintes administratives et la distribution des locaux commerciaux à des bénéficiaires méritants, a-t-il insisté. «Nos services ont toujours œuvré pour la promotion des produits des artisans à travers différents salons locaux, régionaux et nationaux», a soutenu, à ce propos, Mohamed Lakhdari, directeur de la Chambre d’artisanat et des métiers (CAM) de Chlef. Il a fait part, à cet effet, de la distribution, dernièrement, de 10 locaux et de cinq (5 ) ateliers au niveau de la maison de l’artisanat de la cité Ben Souna, outre la restitution de quatre (4) autres locaux à la maison de l’artisanat de Chettia, dont les propriétaires se sont désistés et qui seront prochainement réattribués. Un participant à cette foire artisanale, Ahmed Kassal, un artisan d’art venu de Turquie et installé à Chlef depuis plusieurs années, où il active comme artisan de façon légale, s’est dit «parfaitement intégré» dans cette activité professionnelle, contrairement à ses confrères, précisant à l’APS qu’il n’existe pour lui aucun problème en matière de commercialisation et de promotion de ses produits. «Le problème ne se pose pas pour moi, car je pratique la vente en ligne et je fais la promotion de mes produits via la Toile, notamment par le biais des réseaux sociaux», a-t-il assuré à l’APS.

Le commerce en ligne et la formation
Un impératif pour les artisans
Pour Mohamed Fellague, professeur en administration des affaires à l’université Hassiba Ben Bouali de Chlef, «le commerce en ligne est devenu un impératif pour les entreprises économiques, en général, et pour les artisans de façon particulière», appelant ces derniers à créer leur propre compte sur les réseaux sociaux «afin de se rapprocher des citoyens, et de faire auprès d’eux la promotion de leurs produits, d’autant plus qu’il a été recensé plus de 48 millions de puces (en communication) en Algérie», a-t-il fait savoir. Il a relevé, à cet effet, l’importance des sessions de formation assurées par la CAM qui devraient, selon lui, être axées sur l’ancrage d’une culture de la vente en ligne chez les artisans, d’autant plus, a-t-il dit, que «le monde d’aujourd’hui est celui du numérique et complètement tourné vers les technologies en ligne.» Concernant le rôle des dispositifs de soutien à l’emploi dans l’accompagnement des artisans et la promotion de leurs produits, le directeur local de l’Agence nationale de gestion du microcrédit (ANGEM), Mourad Kerrouch, a fait part de la création d’un réseau des bénéficiaires de ce dispositif, dans un objectif d’échange d’expériences et de réalisation de projets communs , avec la commercialisation des produits des promoteurs de micro entreprises, dont les artisans , a-t-il souligné. A noter que l’annexe ANGEM de Chlef a organisé récemment une rencontre de sensibilisation au profit d’une trentaine de promoteurs de projets, dont des artisans, afin de les informer du rôle dévolu à ce réseau en ligne dans l’instauration de relations commerciales, susceptibles d’aider à la commercialisation des produits et leur promotion, a ajouté M. Kerrouche, signalant, en outre, que l’ANGEM a consacré toute une page gratuite, sur son site électronique, pour la publicité en ligne des produits de promoteurs relevant de ce dispositif. Rappelons que quelque quarante  artisans locaux ont pris part à cette foire artisanale visant à donner un nouveau souffle au secteur dans la wilaya.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85