Rejet du dossier de candidature de Ould Z’mirli

Le sommet de l’humiliation

14 Jan 2018
76 fois

Le rejet du dossier de candidature de Bachir Ould Z’mirli, vice-président de la FAF et candidat de l’Algérie au poste de membre du Comité exécutif de la CAF vient de mettre à nu, et de façon flagrante l’anarchie qui règne au sein de la Fédération. Des sources concordantes rapportent que le dossier avait été transmis un jour avant la clôture des candidatures, par voie aérienne, sur un vol régulier reliant Alger et le Caire, la capitale égyptienne. C’était prévu qu’un fonctionnaire de l’ambassade d’Algérie au Caire vienne récupérer le dossier en question pour le déposer au niveau du siège de la CAF. Les mêmes sources indiquent que le fonctionnaire ne s’est pas présenté à l’heure convenu, c’est-à-dire, à l’arrivée de l’avion, mais ne donnent aucune précision sur la procédure mise en œuvre par les responsables de la FAF pour que le dossier du candidat algérien arrive dans les délais. Une histoire à dormir debout qui traduit l’incompétence des uns et la négligence des autres. Pauvre Algérie et pauvre football algérien qui, au lieu de chercher la performance, végète depuis quelques temps dans la médiocrité la plus absolue. Lorsque Zetchi s’exprime sur le sujet, en affirmant qu’il va explorer toutes les voies pour faire prévaloir les droits de l’Algérie, il donne vraiment la pathétique impression d’être complètement déconnecté et tout à fait en déphasage avec les pratiques traditionnelles appliquées par les instances internationales du football. Dans une déclaration faite en aparté, le président de la FAF avait même osé dire que cette affaire aux relents de scandales était planifiée contre sa personne. Mais qui accuse-t-il ? Pourquoi se met-il aussi facilement dans la peau de la victime, alors que les choses sont claires ? Le dossier n’est pas parvenu au Caire dans les délais, parce personne à la FAF n’a voulu faire son travail dans les règles de l’art. C’est une bévue monumentale, qui sous d’autres cieux aurait provoqué une série de démissions. Du temps de Raouraoua, une histoire aussi surréaliste n’aurait jamais eu lieu. Mais l’actuel président de la FAF, la bêtise est désormais permise et l’amateurisme semble être la règle majeure. Encore une fois, pauvre Algérie ! Décidemment, Zetchi n’a rien à voir avec la gestion du foot. L’opinion publique sportive a espéré qu’après la gaffe liée au recrutement d’Alcaraz, le patron de la FAF allait se recadrer ; mais en vain. Sous sa présidence, la FAF commet des erreurs qu’une petite association de quartier ne commettra pas.

M.M

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85