Imprimer cette page

ES Sétif : Affaire de l’enregistrement audio

Les dessous d’une gravissime affaire …

21 Mai 2020
599 fois

La scabreuse affaire du montage de l’enregistrement audio prend les allures d’une gravissime affaire qui risquerait d’éclabousser non seulement de nombreuses personnes mais tout le football national gangréné  par la magouille et la combine. Les derniers rebondissements du dossier confié aux bons soins de la justice, suite à la plainte déposée par Fahd Halfaya, le directeur général de la SSPA/Blacks Eagles, à l’encontre d’un agent de joueurs très connu sur la place d’Alger, vont débusquer les motifs et intentions des magouilleurs de l’ombre. Ces derniers ont des affinités avec les principales instances de notre sport-roi, lesquelles font dans les deux poids et deux mesures. Pour preuve, la contestée commission de discipline de la ligue professionnelle de football pas du tout habilitée à traiter un tel dossier exclusivement du ressort de la commission de l’éthique de la FAF, convoque Helfaya qui a osé déposer plainte et oublie la personne incriminée, un agent détenteur d’une licence. L’oubli de la LFP n’est pas fortuit car l’agent en question dispose de liens forts au niveau de la ligue et de la fédération n’ayant aucun intérêt à importuner leur « élément ». Son audition ferait vaciller plus d’un. Décidée à en finir et à fermer le dossier –s’apparentant à une véritable bombe atomique - , la commission de discipline de la Ligue qui a le moins que l’on puisse raté l’étude de l’affaire CABBA-ESS du match aller de coupe d’Algérie s’empresse d’étudier un dossier vide puisqu’elle ne dispose d’aucun élément d’une équation à plusieurs inconnues Pour brouiller les cartes, ladite commission voulait entendre et sanctionner Halfaya, dimanche. Touché dans son amour propre, le dindon de la farce fait faux bond. La raison médicale est invoquée. Contrariés, les faux-juges de la contestée commission reviennent à la charge en menaçant Halfaya d’une impitoyable sanction dans le cas où il ne se présenterait pas devant l’auguste commission, aujourd’hui, à partir de 11 heures pour être entendu et sacrifié. Prenant la place de la commission d’éthique qui n’est toujours pas constituée par Khiereddine Zetchi, pas disposé lui aussi à porter l’affaire devant les tribunaux plus habilités à régler cette affaire de corruption active ou passive, peu importe. Contrairement à l’affaire Zaim, l’ex-président de l’USM Annaba, l’instance fédérale ne jugeant pas utile de se constituer partie civile se contente d’un laconique communiqué et d’une banale sortie médiatique de son numéro un, hors sujet. Déstabilisées, la LFP et la FAF faisant le maximum pour étouffer dans l’œuf la bombe et protéger leur boy se trouvant plus que jamais dans le viseur de la justice s’appuyant désormais sur la plainte de Halfaya pour démêler les écheveaux de la gravissime affaire et débusquer le réseau à l’origine de la conspiration.  

A.Bendahmane

Évaluer cet élément
(1 Vote)