Election FAF, contacts avec les autorités et coupe du monde

Belmadi vide son sac et remet les pendules à l’heure

04 Avr 2021
856 fois

« L’EN n’est plus un accessoire, elle doit être au cœur de la carrière de chaque joueur ». Et l’objectif d’aller au Mondial devrait être inscrit au titre de projet national ». Ce sont là des extraits d’une interview accordée à la chaîne III de la radio nationale, par un entraineur qui n’a jamais perdu la boussole. Comme tout le monde le sait, Kheiredine Zetchi n’est pas partant pour un second mandat à la tête de la FAF, qui vit aujourd’hui une période de transition assez compliquée, en attendant l’élection d’un nouveau président. Cette situation plus ou moins trouble durant laquelle les potentiels postulants ont commencé à s’activer, à faire appel à leurs soutiens et à « réveiller » leurs réseaux dormants, pourrait nuire gravement à la stabilité de l’équipe nationale, qui a besoin, faut-il le préciser, d’un climat serein à deux mois du début des éliminatoires de la coupe du monde. Conscient des répercussions négatives que pourraient engendrer les rivalités, dont certaines n’ont qu’un seul souhait : s’installer à la place du président sortant, se servir et servir son clan, Djamel Belmadi est sorti de sa réserve pour mettre les choses au clair. « La transition fait que nous allons vers un nouveau président de la FAF, j’espère tout simplement qu’il aura le même souci que Zetchi », a-t-il indiqué. Se faisant plus précis, il a affirmé qu’il souhaite « à l’instar de tous les Algériens, que l’équipe puisse avancer et progresser, que l’organisation continue d’être performante ». « Je veux que ce tournant soit juste et positif, c’est ma seule appréhension. Je ne veux pas que demain les choses tournent au vinaigre, et avoir des freins ici et là, et nous nous retrouverons en difficulté », a-t-il souligné. Visiblement inquiet de la tournure que pourrait prendre la lutte pour le poste de président de la FAF, le sélectionneur national demeure toutefois lucide en regardant les choses en face. « Je ne peux pas dire que je vois un horizon sombre demain. Je dis que j’étais très bien sans pour autant être parfait, cette idée de progression que j’avais eue avec le président Zetchi, qui était tout à fait d’accord, qu’il fallait souvent se remettre en question et améliorer les choses. Il y’a eu des éléments de progression, la finalité c’est d’être prêts pour le match », a-t-il ajouté. « Ceux qui pensent que la sélection et son staff sont d’un côté et la fédération de l’autre, je leur dis que c’est totalement faux. C’est plutôt un ensemble cohérent qui fonctionne et qui tire dans le même sens, chacun dans son domaine de compétence, et dans ses prérogatives », a-t-il asséné, attestant que sous la direction de Zetchi, la fédération « a fait un travail brillant ». Revenant aux discussions qu’il a eues avec les autorités, Djamel Belmadi a tenu à mettre les points sur les i à l’intention de tous ceux, qui ont fait de ses contacts un sujet de spéculations. « Au cours de la discussion qu’on a pu avoir avec les autorités, croyez moi que je suis tout à fait resté à ma place, je sais où sont mes prérogatives, je ne dépasse pas les limites ». Fidèle à ses principes, le sélectionneur national a flairé les manigances des uns et des autres, en se tenant à l’écart des opportunistes et des manipulateurs, et en restant à l’écoute du déroulement de l’élection du nouveau président de la fédération. « J’espère que le nouveau président ne sera pas sur un projet personnel. Quant à moi, je sais quel est mon rôle et je sais rester à ma place de sélectionneur. Même si je me suis fixé des limites, cela ne veut pas dire que je suis prêt à tout accepter », a-t-il dit. Abordant les contacts qu’il a eus avec les autorités, il a affirmé qu’elles « ont tenu à m’inviter pour me demander mon avis et m’assurer à ce sujet et j’ai répondu favorablement à leur demande ». « Quand on a fait appel à moi pour discuter du football et de l’équipe nationale, je n’ai pas le choix que d’aller pour en parler. On me pose des questions, je réponds, sinon je n’ai jamais demandé de rencontrer qui que ce soit. Par respect, j’y vais », a-t-il répondu, préférant se concentrer sur le 2e tour éliminatoire de la Coupe du monde 2022, qualifiant l’objectif d’aller au Mondial de « projet national ». « Je crois en l’éternelle progression. Je suis exigeant dans la progression avec moi-même mais aussi avec mes partenaires, y compris la fédération. On se doit d’être exigeant car on est au service d’un pays, on doit donner encore plus. C’est le travail de tous, tout le monde a sa part d’importance et son apport, c’est un projet national où tout le monde doit tirer dans le même sens », a-t-il conclu.

Mohamed Mebarki

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85