EN RÉITÉRANT LEURS CONDITIONS

Les boulangers en grève nationale le 23 avril

Publié dans À la une Dimanche, 21 avril 2013 14:15
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Après plusieurs jours de tergiversations, les boulangers se sont mis d’accord pour observer une journée de protestation ce mardi 23 avril. Dans une conférence de presse tenue hier à Alger, le président du comité national des Boulangers, Maamar Hantour, a précisé que cette journée de protestation se veut un « premier avertissement » pour le gouvernement afin qu’il prenne en charge rapidement leur revendication relative à la révision du prix de la baguette du pain. Les boulangers affirment, à travers leur comité, leur détermination à aller, cette fois-ci, jusqu’au bout de leur revendication. Car, estiment-ils, leur situation actuelle menace sérieusement leur activité. Trop de charges pour très peu de bénéfices. Les boulangers disent que l’inflation qui touche également les produits utilisés dans la fabrication du pain met à rude épreuve leur trésorerie. « Il est vrai que l’Etat subventionne le prix de la farine. Mais pour préparer le pain, il faut également de la levure, de l’huile, de l’électricité et des employés à payer. Tout ça nous revient aujourd’hui deux fois plus cher. Comment voulez-vous continuer à vendre la baguette au même prix qu’il y a 18 ans, alors que tous les produits de consommation ont connu de considérables hausses ces dernières années », met en avant le conférencier, qui insiste sur le coût de revient de la baguette qui dépasse, selon une récente étude, 11 DA. Pour les boulangers, l’écart est bien trop grand pour qu’ils le supportent eux-mêmes dont la marge bénéficiaire est quasiinsignifiante. Cette grève d’une journée, a précisé M.Hantour, a eu l’aval de tous les bureaux de wilayas. « Nous voulons dire au gouvernement que nous ne pouvons plus attendre, que notre patience a atteint ses limites et que nous réclamons des solutions efficaces à nos problèmes », a-t-il précisé. Le comité des boulangers, affiliés à l’UGCAA a indiqué avoir fait des propositions au ministère du commerce afin qu’il règle la question du prix du pain. « Nous lui avons proposé de plafonner les prix de toutes les matières premières utilisées dans la fabrication du pain et de réduire les charges fiscales », a-t-il souligné. Pour les boulangers, il s’agit de sauver cette activité qui n’est plus attractive. Il y a de plus en plus de boulangeries qui ferment. Nous pouvons vous assurer qu’au moins une centaine de boulangeries ont fermé au cours de ces deux dernières années sans qu’elles soient remplacées », a attesté le conférencier. Actuellement, il y a plus de 4000 boulangers au niveau national, selon les données chiffrées de l’UGCAA. Ils assurent que leur mouvement de grève est « apolitique ». Nous défendons nos droits et nos intérêts. Point bas», a relevé M.Hantour qui affirme refuser d’entrer dans des considérations « politiciennes ». La révision du prix du pain est une vieille revendication des boulangers. Mais, le coût de revient ayant beaucoup augmenté cette année, les boulangers font pression sur le gouvernement afin qu’il agisse. Une commission a été installée récemment au niveau du ministère du Commerce pour étudier la question du prix de la baguette. Aucune information n’a filtré sur les résultats du travail de cette commission. Mais le ministre Mustapha Benbada a déjà donné le topo en excluant toute augmentation du prix du pain qui restera à 8,5 DA. Il met en avant la possibilité d’augmenter le seuil des subventions des matières premières et la réduction des charges fiscales. Pour Benbada, le pain est un produit sensible d’où la nécessité d’aborder la question du prix pratiqué avec sérieux et précision. Ainsi, une réflexion est actuellement en cours pour dégager une formule adéquate afin de consacrer exclusivement le soutien de l’Etat au pain, par le biais d’une réforme profonde et structurelle dans ce domaine. Les boulangers attendent pour voir. Mais ils ne veulent plus qu’ils soient roulés dans la farine. Ils tiennent donc à marquer le coup ce mardi 23 avril pour rappeler leur « poids » dans la société.

Yanis Belmadi

Lu 28206 fois

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Caricature

Les plus lus

Commentaires

Qui sommes-nous ?

Quotidien indépendant d’information édité par la Eurl Hippone Edition et Communication au Capital de 1.000.000,00 DA.

Siège Social
Cité 240 lgts Plaine Ouest Annaba BP 893 RP Annaba.

  • Rédaction et Publicité :
    6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba
  • Tél : 038 86.07.11
  • Fax : 038 86.07.12
  • Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.