SANTÉ PUBLIQUE : TROIS AUTRES JOURS DE GRÈVE CETTE SEMAINE

L’intersyndicale durcit le ton

25 Mai 2013
5455 fois

L’intersyndicale du secteur de la santé a décidé de reconduire son mouvement de protestation pour trois jours de grève, soit les 27, 28 et 29 mai du mois en cours. Cette décision a été prise lors de la réunion de cette structure syndicale en date du 22 mai dernier et dont l’ordre du jour était de «procéder à l’évaluation du mouvement de grève observé les 20, 21 et 22 du mois en cours. Selon l’intersyndical «le mouvement de grève a été largement suivi par les praticiens et ce malgré les multiples formes d’intimidations et pressions exercées par l’administration ». Cela dit, les animateurs de ce mouvement de protestation convaincus «de la justesse de nos revendications » ont lancé un appel aux syndicalistes pour observer un sit-in de protestation devant le siège du ministère de la Santé «pour crier haut et fort nos droits». Dans son communiqué, l’intersyndicale a exprimé sa disponibilité «à engager un dialogue dans le cadre de la loi 90-02 du 06-02 1990 ». Pour rappel, en réponse, le ministre de tutelle, Abdelaziz Ziari, affirme être disponible au dialogue avec le partenaire social, mais avec des réserves. Dans une déclaration, jeudi dernier, en marge d’une séance plénière au Sénat, le représentant du gouvernement a affirmé que le dialogue se poursuit avec les syndicats mais seulement ceux qui sont reconnus légalement. Selon ses dires, l’Intersyndicale n’en fait pas partie et c’est pourquoi il a refusé de recevoir certains de ses représentants mercredi dernier. Pourtant, les quatre membres composant cette Intersyndicale sont tous légaux et reconnus par le ministère. Comme d’habitude, à l’exemple de ses prédécesseurs, le ministre de tutelle joue sur les mots -et les nerfspour faire perdurer un conflit qui n’a pas lieu d’être. La même politique et les mêmes procédés. Et c’est cela qui suscite davantage l’ire et l’indignation des syndicats qui n’en sont pas à leur première grève et surtout pas à leurs premiers contacts avec la tutelle. Leurs grandes déceptions aussi. Un mépris total envers les professionnels de la santé et des citoyens qui n’en finissent pas de payer les frais d’une gestion chaotique et hasardeuse du système de santé en Algérie. Dans sa même déclaration à la presse, en marge de la séance plénière au Sénat, le ministre a assuré que «le dialogue constructif permettra de parvenir à des solutions». Voilà qu’il se montre coopératif mais pas pour longtemps ! «En cas de positions jusqu’auboutistes, le ministère, recourra lui aussi à des mesures extrêmes». A nouveau les menaces et les répressions comme si c’est ce qui va décider les syndicats membres de la nouvelle organisation autonome à renoncer à leur action protestataire. C’est bien tout le contraire qui se produit. Ainsi, la grève est reconduite pour trois autres jours et rien n’indique une éventuelle amélioration de la situation, du moins dans l’immédiat. Au lieu de l’apaisement, c’est une guerre qui ne dit pas son nom qui s’annonce entre les deux parties après que le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, en personne se soit engagé à satisfaire les revendications des syndicats, principalement celle qui porte sur l’amendement du statut particulier. Et comme par hasard, c’est celle-ci qui bute aujourd’hui sur le refus de la tutelle d’être résolue. «Il n’est pas question de rouvrir le dossier du statut particulier sauf si c’est pour de petits correctifs», a affirmé, récemment à la radio, le conseiller à l’information, Selim Belkessam.

K.T.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85