Champ de Mars

L’incivisme sévit

03 Jan 2017
87 fois

Encore et toujours c’est le monde à l’envers à Annaba où pendant que les pouvoirs publics et les citoyens dans ce cas, améliorent le cadre de vie, d’autres « citoyens » de passage, vandalisent et se plaignent avec une pétition s’il vous plait ! Le comble de l’audace, de l’incivisme et d’années de « tolérance » avec pour cadre le square du Champ de Mars où des chauffeurs de taxis d’El Hadjar veulent à tout prix, prier sur les pelouses aménagées par les résidents et les services de la commune. Plus grave encore, un accès à ce square fermé pour des raisons de sécurité et pour empêcher le transit mais surtout que l’endroit ne devienne un urinoir à ciel ouvert a été sciemment vandalisé, le petit portail a été enlevé de nuit et jeté ! Et quand les services de la commune avaient voulu le réparer, ils en ont été empêchés par la force comme avait été empêché la pose de toboggans pour les enfants du quartier en l’absence de sécurité ! De quel droit un chauffeur de taxi d’El Hadjar veut-il imposer sa loi dans un quartier d’Annaba déjà pris en otage par sa seule présence ? Ces taxis font des élèves de la petite école Kablouti, devant laquelle ils stationnent, des enfants martyrs tant qu’ils sont confinés dans des classes ou les fenêtres sont condamnées ! D’abord pour les empêcher  de respirer  le gaz d’échappement mais, plus grave ici aussi parce qu’à longueur de cours, ils sont obligés de subir des dialogues de rue, émaillés de grossièretés, outre le bruit infernal. Par beau temps,  les  chauffeurs de taxis installent carrément des chaises sous les fenêtres des salles de classes et quand ils rentrent chez eux, ils abandonnent les alentours recouverts de pots de café et de mégots de cigarettes, devant une école ! Et maintenant, ces gens veulent dicter leur loi au quartier, dont les résidents ont donné de leur poche pour que même la situation des taxis s’améliore, sans compter ce qu’avait dépensé la commune mais aussi la wilaya pour le cadre de vie en général ! Ce qui est le plus navrant dans cette situation kafkaïenne, si l’on peut dire, c’est que ces gens qui osent se plaindre, vivent ailleurs et qu’en fin de journée, ils rentrent chez eux, loin d’Annaba, en abandonnant derrière eux leurs saletés et les problèmes qu’ils imposent aux résidents, sans aucun état d’âme et sans honte !

Ammar Nadir

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85