Cité Daksi: insécurité

Habitants des 60 logements dénoncent

09 Jan 2017
48 fois

Les habitants des 60 logements à Daksi Abdessalem montent au créneau pour dénoncer la dégradation du cadre de vie. Sous l’effet de plusieurs facteurs, incivisme aidant, les conditions de vie se sont nettement  dégradées ces derniers mois, affirme un représentant des habitants. Celui-ci qui n’a d’ailleurs pas caché sa désolation et son désarroi face à la fois à l’incivisme de quelques riverains et au laisser-aller des services concernés. La responsabilité est certainement  partagée, a-t-il tenu à dire. Si les services municipaux sont à « incriminer », la responsabilité du citoyen dans cette dégradation, à ciel ouvert, du cadre de vie n’est pas du tout à écarter. Ils sont effectivement nombreux les habitants qui continuent de déverser, dans l’indifférence et l’insouciance totale, leurs déchets et autres détritus dans les espaces verts de la cité. Des actes d’incivilité que des représentants du quartier ne cessent de déplorer. Toutes les tentatives entreprises, en ce sens, se sont malheureusement soldées par une fuite en avant des services de la commune et de ces pollueurs qui ne semblent reculer devant rien. Pour preuve, après chaque intervention des habitants, ces « criminels de la nature », pour reprendre les propos de notre interlocuteur, déversent encore et encore leurs déchets sans se rendre compte de la gravité de leurs agissements. Ils sont en quelque sorte en train de défier tout le monde, y compris leur propre environnement. À ce spectacle désolant qu’offre aujourd’hui cette partie de la cité Daksi Abdessalem s’ajoute un autre problème auquel les habitants sont quotidiennement confrontés. Il s’agit, en effet, d’un groupe de jeunes délinquants qui viennent 0 chaque jour tombée de la nuit, pour s’adonner à la drogue et aux boissons alcoolisées. Une situation inquiéte sérieusement les habitants qui ne savent plus à quel saint se vouer. Nous ne sommes plus en sécurité, estime ce représentant, visiblement excédé par cette affaire. Il a tenu, à cet effet, à interpeller les services  de la sûreté urbaine.  

M.K

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85