ILS REVENDIQUENT L’ÉQUIPEMENT DE LEUR ÉTABLISSEMENT

Les écoliers d’Aïn Berda sortent dans la rue

Publié dans Annaba Mercredi, 11 janvier 2017 00:00
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La commune d’Aïn Berda n’a vraiment pas volé son nom. Avec la saison hivernale, le froid fait des ravages et ce sont les plus vulnérables qui souffrent le plus. Des élèves de l’école Primaire Hmil Boubaker dans la localité de Selmoun Hachemi sont sortis de leur mutisme et ont manifesté, lundi dernier, devant leur établissement en manque d’équipement. Pas de chauffage, des fenêtres cassées ainsi qu’une structure abandonnée. Les petits écoliers, revenus des vacances, ont été sidérés par le froid qui règne dans les lieux. Ayant sur le coup compris que le silence n’est pas porteur, ils ont décidé de hausser le ton et d’exiger la prise en charge des lieux afin d’en faire un endroit adapté à sa fonction d’école. « Nous avons toujours demandé avec nos parents aux responsables d’améliorer la situation de l’école. Nous attendons toujours. Mais avec le froides, on ne peut même pas se concentrer sur ce que dit l’institutrice car les classes sont très froids », explique Rania, élève en cinquième année primaire. Des pancartes éloquentes ont été portées par les écoliers en colère qui ont refusé catégoriquement de rejoindre leurs classes avant la prise en charge de leurs revendications. « Nous ne demandons rien d’extraordinaire. Juste un peu de chauffage. Il faut réparer les fenêtres cassées aussi », ajoute une autre écolière habitant à quelques kilomètres de l’école. Une délégation de l’APC s’est rendue sur les lieux pour communiquer avec les protestataires avant de leur promettre de régler les problèmes. Des parents interrogés à ce sujet se sont montrés très en colère du fait de « la négligence exprimée par les élus locaux qui devraient prévenir ce genre de dépassements ». Malheureusement, cette catastrophe n’est pas l’apanage de cette école. Plusieurs établissements scolaires à travers la wilaya de Annaba, notamment dans les localités rurales, manquent cruellement et de l’équipement et de l’encadrement. Des matières ne sont pas enseignées du fait de l’absence de l’enseignant pour des raisons en rapport direct avec le transport vers ces zones isolées. De ce fait, l’égalité des chances devient une chimère pour les milliers de nos enfants dont le seul tort est de ne pas habiter dans un chef-lieu. 

Zarrougui Abdelhak  

Lu 15 fois

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Caricature

Les plus lus

Commentaires

Qui sommes-nous ?

Quotidien indépendant d’information édité par la Eurl Hippone Edition et Communication au Capital de 1.000.000,00 DA.

Siège Social
Cité 240 lgts Plaine Ouest Annaba BP 893 RP Annaba.

  • Rédaction et Publicité :
    6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba
  • Tél : 038 86.07.11
  • Fax : 038 86.07.12
  • Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.