Yennayer en voie d’officialisation

Vers la fin du déni identitaire

10 Jan 2017
64 fois

« On va fêter prochainement Yennayer ». Ce sont les propos de Sellal lors de son intervention à la suite des émeutes qui ont failli emporter Béjaïa et sa région dans le chaos et la désolation et auxquels personne n’a prêté attention ; ni dans les médias, ni à travers les réseaux sociaux. Aucune voix parmi celles qui se sont toujours fait entendre quand il s’agissant de dénoncer le déni identitaire exprimé par les autorités, ne s’est élevée pour répercuter les paroles du Premier ministre, et pourtant ça avait l’air d’un fait inédit et une annonce qui pourrait faire date. Abdelmalek Sellal est certes connu pour son sens de l’humour décapant et tonitruant, contrastant avec l’attitude figée de ses ministres, mais on n’a pas le droit de l’accuser d’être en déphasage par rapport à une actualité brûlante jusqu’à la dérision. Son évocation de Yennayer n’était pas une boutade dont il a le secret et l’exclusivité aussi, mais un vrai scoop révélé discrètement.  « Chiche monsieur Sellal, reconnaissez Yennayer comme jour férié pour marquer vraiment cette authenticité qui nous dispense d’aller chercher nos printemps ailleurs », avait réagi le FFS à la sortie médiatique du Premier ministre. Selon des sources proches du Premier ministre, Sellal n’aurait jamais fait mention de Yennayer s’il n’avait pas été instruit en haut lieu afin de procéder à l’annonce qu’il a faite. Et selon toute vraisemblance,  le processus est en marche pour faire de Yennayer une fête officielle, chômée et payée, conformément à la nouvelle constitution. Les propos de Sellal ont constitué un effet d’annonce. Ils expriment sans aucun doute une prudence excessive de la part des pouvoirs publics dans leur quête de ménager les islamistes et les autres courants rétrogrades évoluant à leurs périphéries. En tout état de cause, Sellal n’a fait qu’exprimer une volonté politique réelle de reconnaitre une revendication populaire que le Mouvement Culturel Berbère, le RCD ainsi que d’autres mouvements connus pour leur sectarisme étroit avaient frauduleusement accaparée pour en faire un fonds de commerce et une question exclusive. Yennayer qui coïncide avec le 12 janvier a toujours été célébré par les populations des régions dites arabophones, mais cette réalité a été sciemment occultée par les partisans du particularisme et du régionalisme. Yennayer est inscrit dans les gènes d’une société que ni le parti unique et ses déviations arabo-baâthistes et staliniennes, ni la mouvance wahhabite n’ont pu extraire, malgré les méthodes féroces employées. Yennayer appartient à toute l’Algérie qu’elle soit d’expression amazighophone ou arabophone, car il plonge ses racines loin dans le temps et sa célébration spontanée par des populations citadines et rurales a toujours constitué un motif de réjouissance et de communion identitaire que certaines officines ont essayé de tuer. La reconnaissance de Yennayer sera annoncée officiellement pour répondre à une attente qui va au-delà des partis et des ordres sectaires. L’histoire retiendra peut-être que c’est Sellal qui aura été le premier officiel à l’évoquer publiquement, mais ce qui est sûr c’est qu’elle ne se souviendra pas de ces énergumènes qui en ont fait un fonds de commerce, ni d’ailleurs de ces hordes d’aliénés à la solde du wahhabisme conspirateur. Maintenant que les pouvoirs publics ont  pris une option sérieuse afin de mettre fin à un « malentendu » historique, il ne reste plus qu’à l’annoncer officiellement et souverainement.

Mohamed Mebarki

Dernière modification le mardi, 10 janvier 2017 20:06
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85