Médecins privés

Où sont passées les secrétaires médicales d’antan ?

12 Jan 2017
233 fois

Le rôle que devraient jouer les secrétaires médicales dans le privé n’est pas apprécié à sa juste valeur. Dans la majorité des cabinets de spécialistes, il est impossible de prendre un rendez-vous dont l’heure est fixée à l’avance, contrairement à ce qui se faisait par le passé. Aussi, pour une visite médicale, il faut prévoir une journée entière à poireauter dans la salle d’attente, pour peu que le médecin en question ait une importante clientèle. Car le malade doit non seulement attendre son tour par rapport aux personnes en place avant lui, mais il faut aussi compter sur ceux qui passent en priorité comme les nombreuses connaissances des secrétaires, etc. Exemple chez ce spécialiste de renom. Il faut venir à partir de 6 heures du matin pour inscrire son nom sur une liste accrochée à la fenêtre extérieure du cabinet. Quand, vers les 7 heures trente, le planton puis la secrétaire arrivent, ils complètent la liste au fur et à mesure. A l’arrivée du médecin, quand commencent les auscultations, vous avez la surprise de constater que le numéro qui vous est attribué dépasse très largement le nombre de personnes trouvées dans la salle d’attente, on ne sait comment. Que faire en cas de traumatisme par exemple, où il faut supporter la douleur pendant de longues heures, assis inconfortablement sur une chaise ? Un véritable calvaire généré par l’absence d’organisation, le manque de formation de ceux ou celles qui assurent le secrétariat médical généralement recrutés sur le tas. Mais aussi par les médecins eux-mêmes qui se contentent de passer les malades à la chaine, sans se soucier des conditions d’accueil de ces derniers. Même topo chez cette gynécologue où les femmes inscrivent leur nom sur une liste collée à la porte bien avant l’arrivée de la secrétaire. Les malades restent debout dans les escaliers non éclairés de l’immeuble, et on compte beaucoup de futures mamans parmi elles. Plus tard, quand elles peuvent enfin prendre place dans la salle d’attente, elles ont souvent la surprise, après un long moment d’attente, d’apprendre que la gynécologue « ne viendra pas aujourd’hui, car elle a des opérations à faire, et qu’il faut revenir demain ».

Farida H.

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85