Ridicule !

01 Jan 2017
220 fois

Décidément, il est loin le temps où les Libanais célébraient Lakhdar Brahimi, en baptisant leurs nouveau-nés de son prénom, en reconnaissance des efforts fournis par le diplomate algérien et de son rôle dans les négociations qui ont mis fin à 15 ans de guerre civile. Aujourd’hui, l’un des vétérans de la diplomatie fait l’objet de critiques émanant d’illustres inconnus, particulièrement des Marocains, qui n’hésitent pas à le « bousculer » sans aucun état d’âme. La dernière pique qu’il vient de recevoir, provient d’une obscure personne, une certaine Fatiha Daoudi que les médias marocains présentent comme une intellectuelle. Cette personne dont le CV tiendrait à un petit paragraphe du long registre de Lakhdar Brahimi, ose hausser le ton en faisant fi du devoir de considération qu’elle devrait avoir envers une personnalité connue et reconnue sur le plan international. «Non, M. Brahimi, il ne peut y avoir d'apaisement politique entre l'Algérie et le Maroc sans la résolution de l'affaire du Sahara », répond-elle sèchement et avec un excès de zèle dont seuls les sujets du « commandeur des croyants » en sont capables. Apparemment en manque de publicité, l’intellectuelle marocaine fait preuve d’agressivité en s’attaquant à un diplomate algérien dont la réputation d’homme intègre n’a jamais été prise à défaut. Pourquoi ? Comment expliquer cette hargne ? En « collant » son nom à celui de Brahimi, Fatiha Daoudi ne vise, ni plus, ni moins qu’à se faire un nom à travers un sujet qu’elle ne maitrise guère. L’essentiel pour cette dame, c’est que l’on parle d’elle en tant que « militante » zélée et soumise aux thèses expansionnistes du Makhzen. En plaidant pour une normalisation des relations entre l’Algérie et le Maroc, l’ancien ministre algérien des Affaires étrangères n’a fait qu’exprimer un état d’esprit populaire largement partagé des deux côtés de la frontière, par des hommes politiques, des intellectuels et des artistes des deux pays. Ce n’est pas nouveau. Ce qui est inédit et inouï par contre, c’est cette levée de boucliers d’une novice qui rêve de plaire à Mohamed VI et à son cercle d’initiés. Il s’agit, dans le meilleur des cas, d’une opportuniste qui veut se faire un nom, même au prix d’une maladresse. Ridicule !

Mohamed Mebarki 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85